Imprimer

Qu'y a-t-il à dire à ce moment-ci sur ce sujet?

La locution adverbiale à ce moment-ci est d’un usage très fréquent dans le discours des Québécois, et ce, dans tous les registres de langue. Elle passe tellement inaperçue que bien peu d’observateurs de la langue ont noté qu'elle est attestée au Québec dans des contextes où, ailleurs dans la francophonie, on aurait recours à d’autres expressions pour exprimer la même idée.

En fait, il y a des emplois de à ce moment-ci qui n’ont rien de particulier et sont tout à fait conformes à ce que l’on pourrait trouver dans le reste de la francophonie. Ainsi, lorsque la locution est suivie d’un complément déterminatif, par exemple à ce moment-ci de l’année, du processus, de l’opération, pour signifier « à un moment bien précis d’un processus ou d’une période, qui est celui où on en parle ».

Là où les Québécois l’utilisent différemment, ce sont dans des contextes dans lesquels à ce moment-ci pourrait être remplacé par en ce moment, pour le moment, pour l’instant, à l’heure qu’il est, au moment où l’on se parle ou actuellement.

D’où nous vient cet usage particulier au Québec?

Le fait de presque toujours trouver non pas en ce moment-ci mais à ce moment-ci nous porte à y voir une possible influence de l’anglais at this moment ou at the moment attestés dans des contextes similaires. La particularité québécoise ne résiderait donc pas uniquement dans le renforcement du substantif par l’emploi de ‑ci, ou de sa variante ‑ici aujourd’hui archaïque mais qui s’entend encore dans la langue populaire et que Jean Chrétien affectionnait particulièrement (à ce moment-ici…), mais encore par sa construction avec la préposition à plutôt que en.

Mais, si la locution adverbiale à ce moment-ci dans les sens décrits ci-dessus est propre au Québec, est-elle pour autant à éviter? Comme l’influence de l’anglais est probable, il est sans doute préférable de lui substituer les équivalents français – du reste nombreux et connus – même si la locution à ce moment-ci n’est pas marquée (familière ou populaire) et ne prête pas à confusion. Nous ne pourrons qu’y gagner en nuances et en clarté.

Vous pouvez également consulter l’article Ci et là de notre Banque de dépannage linguistique.