Imprimer

Antimissile ou antimissiles, ce fameux bouclier?

« Le Canada dit non au bouclier antimissiles. »

Antimissile ou antimissiles, ce fameux bouclier? L’actualité nous amène parfois à nous poser des questions, en apparence banales, mais qui peuvent se révéler très pertinentes... ou embarrassantes. C’est le cas de l’adjectif antimissile dans le contexte du bouclier dont on parle beaucoup ces jours-ci. Si nous suivons notre sentiment guidé par l’analyse du sens, nous nous disons que le dispositif en question devrait servir à assurer une défense contre les missiles et nous aurions tendance à l’écrire avec un s, même accolé à un nom singulier comme bouclier. Mais nous aurions tort, l’usage est aujourd’hui d’écrire un bouclier antimissile et des boucliers antimissiles. À notre décharge, rassurons-nous, la règle n’est pas très nette et se trouve confirmée par bien des exceptions. Même les dictionnaires ne s’entendent pas; comparez par exemple le traitement des formes antimite, antireflet, antirides, antitache, antigang, antidopage, anticalcaire, antibrouillard ou antiblocage pour lesquels le Petit Robert et le Petit Larousse ne recommandent pas le même accord.

Quant à la dénomination bouclier spatial, elle peut se substituer, dans un contexte explicite, à bouclier antimissile mais ne couvre pas le même sens que ce dernier. En fait, l’adjectif spatial nous apprend que le bouclier en question est conçu pour fonctionner dans l’espace, mais ne précise pas ce qu’il doit intercepter. Par conséquent, on peut très bien parler de bouclier spatial antimissile, ce que l’on peut relever d’ailleurs dans la presse francophone.

Nous vous invitons à consulter notre Banque de dépannage linguistique pour connaître les grands principes d’accord des adjectifs et des noms formés avec l’élément Anti-.