Imprimer

« Les indignés se mobilisent dans le monde entier »

Parions que cet emploi particulier du mot indigné figurera dans la prochaine édition des dictionnaires. L'appellation a plu et s'est répandue rapidement. Elle s'explique par un opuscule d'une trentaine de pages ayant pour titre Indignez-vous! publié en France en octobre 2010 et qui connaît depuis un succès phénoménal. Son auteur, Stéphane Hessel, écrivain, ancien diplomate, y exhorte les citoyens à réagir, à combattre l'indifférence. Apôtre de la non-violence, grand défenseur des droits de l'homme, militant infatigable, celui-ci y dénonce notamment le pouvoir de l'argent, l'écart qui n'a jamais été aussi important entre riches et pauvres, tout en réclamant un partage plus juste des richesses. Le mouvement de protestation, qui a pris naissance en Espagne au printemps 2011, s'est étendu depuis à de nombreux pays et touche aujourd'hui l'Amérique du Nord où se tiennent des manifestations qui prennent souvent la forme d'occupations pacifiques de lieux emblématiques de la finance (Occupons Wall Street). On dit de ce mouvement qu'il est sans structure établie, sans chef connu, apolitique, et qu'il se veut d'abord l'expression populaire, spontanée, d'une volonté de changement, le refus d'un capitalisme inhumain où les intérêts d'une minorité dictent les politiques et priment sur l'intérêt collectif.