Imprimer

Bouffe et malbouffe

Le mot malbouffe est relativement nouveau. Il est venu déloger avec bonheur junk food. Bien qu’étiqueté comme un mot de la langue familière dans les dictionnaires usuels, il semble que malbouffe soit maintenant passé dans l’usage « neutre » contrairement à son pendant bouffe qui, lui, reste résolument un mot de la langue familière, ce que l’on a tendance à oublier au Québec.

La malbouffe est le sujet de l’heure dans les pays nantis. Alors que l’obésité gagne de plus en plus de terrain, notamment chez les jeunes, la mauvaise alimentation est montrée du doigt. Le terme est abondamment employé dans les écrits (presse, études, rapports, etc.), à côté de camelote alimentaire et de aliments camelote – synonymes évocateurs –, usités surtout au Canada. On parle aussi parfois d'aliments vides pour évoquer la très faible valeur nutritive de ces aliments pourtant prisés par certains.

Pour en savoir plus sur cette notion, nous vous invitons à consulter la fiche malbouffe de notre Grand dictionnaire terminologique.