Image de la capsule
Imprimer

L’argent en noir et blanc

On blanchit, on lave de l'argent sale; certains diront de l'argent « souillé », ou encore de l'argent noir. On injecte de l'argent neuf ou de l'argent frais : blanc ou noir, propre ou sale, bon ou méchant... Le blanc, synonyme de pureté, de clarté, d'innocence (on se dit blanc comme neige...) s'oppose au noir, symbole de mal, de malhonnêteté, d'illégalité. Et on peut aussi parler de la tentation de l'argent facile. Qu'y a-t-il à dire de tout cela?

Blanchir, laver, recycler...

Le blanchiment (et non blanchiement) d'argent, de fonds, de capitaux, consiste à remettre en circulation de l'argent obtenu illégalement pour effacer la trace de la provenance illicite de ces fonds (souvent le trafic de drogue). Le verbe blanchir, dans ce contexte, est davantage employé que son synonyme laver, mais on trouve de plus en plus le verbe recycler et son dérivé recyclage.

De l'argent sale, facile, noir, frais ou neuf

L'expression argent sale n'a été consignée que récemment dans les dictionnaires. Quant à argent facile, locution employée depuis quelques années dans la presse francophone en Europe comme au Québec, elle est calquée sur l'anglais easy money « argent facile à gagner ou qui a été gagné facilement ». Elle fait souvent allusion à de l'argent obtenu par des voies plutôt douteuses. Cette locution ne doit pas être confondue avec une autre expression, plus ancienne en français, avoir l'argent facile, qui se disait en parlant de quelqu'un qui donne facilement de l'argent ou qui en dépense beaucoup. Pour ce qui est de noir dans argent noir, comme dans caisse noire, marché noir ou travail au noir, il évoque davantage le caractère clandestin, caché, non déclaré de la chose. Quant à l'argent que l'on dit frais ou neuf, on peut en dire ceci : le terme le plus usité dans la francophonie est argent frais. Au Québec, il est concurrencé par argent neuf, de l'anglais new money, mais on constate qu'argent frais est de plus en plus employé, surtout dans les médias. Par ailleurs, on peut tout aussi bien parler de nouveaux crédits ou de crédits supplémentaires, de financement additionnel ou de sommes additionnelles, etc.

Mais d'où vient l'argent?

Enfin, rappelons-nous que les francophones peuvent déplorer que l'argent ne tombe pas du ciel, mais que ce sont les anglophones qui regrettent qu'il ne pousse pas dans les arbres (Money doesn't grow on trees).

Et si l'argent vous intéresse toujours, nous vous invitons à consulter la capsule
De la belle argent et des argents... ainsi que les articles Argent, pour l'emploi du mot au féminin, et Argents, pour son emploi au pluriel, de notre Banque de dépannage linguistique.