Imprimer

Le débat des chefs

Les débats des chefs sont des moments clés d’une campagne électorale. Ils nous fournissent l’occasion d’expliquer certains termes qui reviennent invariablement. Commençons par débatteur, mot d’abord entré en français sous sa forme anglaise debater, la forme francisée débatteur est aujourd’hui la plus courante en français. Quant au féminin débatteuse dont l’Office déplorait l’absence des dictionnaires, il figure maintenant dans les dictionnaires usuels.

Les analystes ne manqueront certainement pas de discuter de l’image des débatteurs, d’où l’appellation de conseiller en image (plutôt que faiseur d’image), qui est l’appellation répandue et celle qui rend le mieux ce que l’anglais nomme image-maker ou image-builder.

Il y sera également question de ceux dont le rôle est d’influencer l’opinion publique, ceux que les anglophones appellent des spin doctors. Des personnes qui travaillent pour un parti politique et qui sont là pour amener les gens (souvent les journalistes) à interpréter les faits de la manière la plus favorable à leur parti. Ce phénomène n’est sans doute pas nouveau, mais on ne lui a donné un nom que depuis peu aux États-Unis, où on parle de spin doctors depuis les années 1980. Terme créé à partir du substantif spin qui avait connu une extension sémantique quelques années plus tôt en s’employant, au figuré, à propos d’une interprétation partiale de l’information fournie par ces communicateurs redoutables dans le but de produire une impression favorable (ou, plus rarement, négative) dans le public. On voit là l’image de l’effet (spin) donnée à une balle qui voit ainsi sa trajectoire quelque peu modifiée. En français, aucun terme équivalent n’a encore émergé jusqu’ici; on peut désigner ces personnes comme des conseillers en communication, conseillers de presse, spécialistes en communication, stratèges de la communication ou chargés de relations publiques. Si on veut exprimer une nuance plus péjorative, la connotation rattachée à l’anglais spin doctor pourrait être rendue en français par des expressions du type manipulateurs de l’opinion ou de l’information. Il faut avoir à l’esprit cependant que les termes manipulation ou manipulateur suggèrent le recours à des procédés plus ou moins éthiques qui, sans être exclus, ne sont pas forcément inhérents à cette notion. L’usage se fixera peut-être dans quelque temps.

Pour en savoir plus sur d’autres termes liés aux élections, nous vous invitons à consulter notre rubrique Parlons élections. Nous vous suggérons également de consulter la fiche débatteur dans notre Grand dictionnaire terminologique.