Image de la capsule
Imprimer

Dédié : un mot employé à toutes les sauces

Le mot dédié est partout depuis quelque temps, tellement partout qu’il est devenu difficile d’y voir clair. Comment expliquer l’apparition de tous ces emplois de dédié, d’où nous sont-ils venus? Quels sont ceux qui sont français et ceux qui sont empruntés à l’anglais?

Pour essayer de nous y retrouver, commençons par faire l’inventaire des emplois du verbe dédier qui ne posent pas de problèmes : on peut dédier un autel, une église, un monument ou un temple à Dieu, à la Vierge, à un saint, à une déesse, etc.; on peut également dédier un ouvrage, une œuvre artistique à quelqu’un pour lui rendre hommage, par exemple un réalisateur dédie son premier film à son maître, des artistes dédient un concert aux victimes d’une catastrophe, un écrivain dédie son roman à ses enfants; on peut encore dédier une pensée à quelqu’un, écrire un poème dédié à l’amour, dédier sa vie à l’écriture, à la science, etc.

Passons maintenant à des emplois plus récents dans la langue : une entreprise qui se vante d’avoir des employés dédiés et compétents, un personnel dédié à la fabrication et à l’assemblage de pièces, la création d’un fonds dédié à des causes humanitaires, des ressources humaines et financières dédiées à un projet, un salon dédié aux professionnels de la vente, un forum dédié à la politique, un institut dédié à la recherche médicale, un magazine dédié aux adolescents, un hôpital dédié à la pratique exclusive d’un type de chirurgie, une association dédiée à la protection des animaux, un service de transport dédié à une clientèle touristique, un festival dédié à la danse créative, etc. Si tous ces emplois de dédié ne peuvent être rendus par un seul équivalent français, ils partagent tous, en revanche, une seule origine : l’anglais dedicated.

Le français dédier et l’anglais to dedicate ont une origine latine commune, mais ils ont connu par la suite des évolutions distinctes. L’anglais a développé des sens qui lui sont propres ou, du moins, qui lui étaient propres jusqu’à ces dernières années. L’informatique, domaine reconnu pour son ouverture aux emprunts, a peut-être ouvert la porte du français aux autres emplois de dedicated en admettant l’adjectif dédié comme synonyme de spécialisé au sens de « conçu pour un usage spécifique ». On peut penser que, par extension, le mot s’est par la suite introduit dans la langue générale. Ces emprunts ne sont pas propres au Québec : dédié est aujourd’hui de plus en plus attesté ailleurs dans la francophonie. Si les dictionnaires usuels consignent déjà son emploi dans les domaines de l’informatique et de l’électronique, il est peut-être encore temps de renverser la tendance, pour ce qui est de la langue générale, en remplaçant l’anglicisme dédié par des équivalents dont le français ne manque pas : des employés dévoués, sérieux, consciencieux; un personnel spécialisé dans, affecté à; un fonds consacré, réservé, destiné à;
des ressources affectées à, prévues, allouées, attribuées ou accordées pour; un salon pour, à l’intention de; un forum sur; un institut consacré à; un magazine pour, à l’intention de, destiné à; un hôpital spécialisé dans, réservé à; une association pour, ayant pour but de; un service réservé ou destiné à, conçu pour; un festival consacré à.

Pour en savoir plus sur ces notions, nous vous invitons à consulter, dans notre Grand dictionnaire terminologique, les fiches spécialisé du domaine de l’informatique, ainsi que la fiche dévoué du domaine de la gestion. Vous pouvez également consulter l’article Dédié de notre Banque de dépannage linguistique.