Capsule linguistique
Imprimer

Faire des pataquès

Un soir, au théâtre, un jeune homme est installé dans une loge, à côté de deux femmes du demi-monde peu discrètes et encore moins cultivées mais qui veulent se donner l’air de parler le beau langage en faisant des liaisons. Un éventail tombe à terre. Le jeune homme le ramasse et dit à la première :

- Madame, cet éventail est-il à vous?
- Il n’est point-z-à moi.
- Est-il à vous, demande le jeune homme à la seconde?
- Il n’est pas-t-à moi
- Il n’est point-z-à vous, il n’est pas-t-à vous, mais alors, je ne sais pat-à-qu’est-ce?

S’il n’est pas sûr que l’histoire soit authentique, elle est néanmoins charmante.

Faire des pataquès équivaut à parler en faisant des erreurs grossières de langage, des liaisons fausses notamment, et à commettre des gaffes. Par extension, l’expression s’applique à un discours incompréhensible et confus.

Cela survient parfois t-aux meilleurs orateurs…

Gilles Henry
Petit dictionnaire des expressions nées de l’histoire
Tallandier, 1993, p. 97