La capsule - Hibernation - Hivernation
Imprimer

Hiberner comme la marmotte, mais hiverner comme les oiseaux migrateurs

L’hiver est une saison qui oblige les espèces vivantes à s’adapter aux rigueurs du climat. Certaines d’entre elles hibernent, d’autres hivernent. Hiberner et hiverner (du latin hibernare) ne sont pas des synonymes. Ces verbes font référence à deux formes d’adaptation à l’hiver qu’il ne faut pas confondre : l’hibernation et l’hivernage.

Hiberner se dit des animaux ou des insectes qui passent l’hiver en hibernation, c’est-à-dire dans un état d’engourdissement ou de léthargie. Les marmottes sont des hibernants. On qualifie d’hibernal ce qui est relatif à l’hibernation (un sommeil hibernal, par exemple). Rien n’interdit d’employer également les termes de cette série lexicale (hiberner, hibernation, hibernant [nom et adjectif], hibernal) au sens métaphorique. Exemple : la fin de semaine, j’hiberne sous la couette.

Quant au verbe hiverner, il signifie « passer l’hiver dans un abri ou, plus largement, dans un endroit où la température est clémente », comme le troupeau qui hiverne dans l’étable, ou comme les oiseaux migrateurs qui retournent dans leurs territoires d’hivernage.

Hiverner peut aussi s’employer avec un complément direct. On hiverne les plantes fragiles en les mettant dans la serre, on hiverne le bétail en le mettant à l’abri, on hiverne aussi une terre en effectuant le dernier labour avant l’hiver. Employé dans ces contextes, le terme hivernage désigne le labour lui-même ou le séjour dans la serre, dans l’étable, etc. Dans ces sens, hivernement est un synonyme d’usage courant au Québec.

Hivernage s’emploie également pour désigner le temps de relâche des navires, et beaucoup plus généralement, pour faire référence aux travaux de remisage de véhicules (motocyclettes, caravanes, bateaux, etc.), d’installations (piscines, bassins, etc.) ou pour nommer certains objets servant à cette opération : bâche d’hivernage, bouchon d’hivernage, couverture d’hivernage, etc.

Si l’on veut faire référence à la préparation d’une installation extérieure, d’un appareil, d’un véhicule ou d’un bâtiment que l’on veut utiliser en hiver, on emploiera, selon les contextes, aménagement hivernal (dans le cas d’une maison, d’un chalet, par exemple), entretien hivernal (ou préhivernal), réglage hivernal (ou préhivernal), préparation hivernale (ou préhivernale), plutôt que les calques de l’anglais hivérisation et hivernisation (anglais : winterization), que l’on pourrait confondre avec le terme hivernage et qui, par ailleurs, ne comblent aucune lacune lexicale en français.

Enfin, il est intéressant de savoir que l’adjectif hiémal (du latin classique hiemalis, qui veut dire « d’hiver ») est un terme littéraire et savant, utilisé surtout dans les sciences naturelles : des plantes hiémales (qui croissent en hiver), le sommeil hiémal (relatif à l’hibernation), les grands froids hiémaux (de l’hiver), etc. Hivernal ou hibernal sont des termes beaucoup plus courants qui permettent de faire des distinctions utiles selon les domaines et les contextes d’emploi.

Pour en savoir plus sur ces mots d’hiver, nous vous invitons à les consulter dans notre Grand dictionnaire terminologique; vous trouverez également dans notre Banque de dépannage linguistique l'article Hiberner et hiverner dans le sous-thème des paronymes.

Et si vous vous voulez en savoir plus sur une autre espèce qui hiverne sous des cieux plus cléments, voyez notre texte sur l’appellation snowbird.