Imprimer

Holorimes

On appelle holorimes (du grec holos, « entier »), des vers qui riment d'un bout à l'autre : lorsqu'on lit à voix haute des vers holorimes, on entend exactement (ou presque) la même chose; en revanche, lorsqu'on les voit écrits, ils apparaissent très différents l'un de l'autre, et pour la forme, et pour le sens... Il s'agit de décomposer les mots, de dissocier les syllabes.

Exemples :

Par les bois du Djinn où s'entasse de l'effroi
Parle et bois du gin ou cent tasses de lait froid
(Alphonse Allais)

Étonnamment monotone et lasse
Est ton âme en mon automne, hélas
(Loise de Vilmorin)

Gal, amant de la reine, alla, tour magnanime
Galamment, de l’arène à la tour Magne à Nîmes
(Victor Hugo)

Virgule
Fiche recette
no 7, avril 2004 (revue mensuelle pour les jeunes)