Imprimer

Importé de Norvège

Le vocabulaire du ski est riche en « norvégianismes ». Le mot ski lui-même est norvégien. Il a, à l'origine, le sens de « petite bille de bois fendu » et de « chaussure, raquette de neige ». C'est à la fin du XIXe siècle que le français l'a définitivement adopté pour remplacer notamment les expressions patin à neige et patin norvégien.

Le mot ski est maintenant à la tête d'une nombreuse famille de mots dérivés, comme skier, skieur, skiable, et de mots composés comme après-ski, porte-skis, téléski, etc.

Dans le domaine du ski, il y a d'autres emprunts au norvégien : fart, qui désigne la substance dont on enduit les skis, et qui a produit le verbe farter et le nom fartage, ainsi que certains termes se rapportant à la technique du ski. L'un d'eux, christiania, vient du nom que portait Oslo, la capitale de la Norvège, entre 1624 et 1924; il désigne un certain mouvement de virage et d'arrêt que les skieurs de cette ville ont été les premiers à faire. En technique de ski, il y a aussi slalom, qui a donné slalomer et slalomeur, slalomeuse, mais également stem et télémark, qui est le nom d'un département et d'un massif montagneux du sud de la Norvège.

D'après Mots pratiques, mots magiques, de Noëlle Guilloton, Office québécois de la langue française, publié par Les Publications du Québec.

Terminologie extraite du Grand dictionnaire terminologique, consultable gratuitement dans ce site.