La capsule
Imprimer

Pour ou contre mariage gai?

Le débat autour du mariage entre personnes de même sexe fait couler beaucoup d’encre depuis quelque temps et les mots pour en parler sont nombreux. Doit-on parler de mariage gai? de mariage homosexuel?, de mariage de (ou entre) personnes (ou conjoints) de (ou du) même sexe?

En fait, si toutes ces formulations sont possibles, elles appellent néanmoins quelques remarques.

Prenons l’expression mariage gai, elle est devenue courante pour parler du sujet. De l’anglais américain gay, la graphie francisée gai s’est aujourd’hui imposée au Québec. Elle a notamment l’avantage de se prêter naturellement à l’accord du féminin et du pluriel (des mariages gais, des associations gaies). Du côté de l’Europe, la forme anglaise gay reste encore largement usitée même si les dictionnaires recensent également la graphie francisée. On hésite de plus sur son accord, certains ouvrages comme le Petit Robert donnent l’adjectif gay invariable, mais le nom variable (des gays) alors que d’autres préconisent l’accord au pluriel (des mariages gays), mais pas au féminin (la communauté gay).

On peut aussi se demander si les lesbiennes sont comprises dans cette appellation puisqu'on parle parfois des gais et lesbiennes. Il est vrai que le terme gai s’emploie surtout pour désigner les hommes homosexuels (certains dictionnaires ne retiennent d’ailleurs que ce sens), mais l’appellation peut désigner les personnes des deux sexes et, dans ce contexte, il est clair que c’est le sens qu’il faut donner au terme gai.

L’appellation mariage homosexuel s’emploie dans le même sens. Homosexuel demeure usuel dans certains contextes, mais on trouve de plus en plus gai pour qualifier par exemple des endroits fréquentés ou habités par des personnes homosexuelles (des bars gais, des quartiers gais) ou des produits spécialement conçus pour elles ou par elles (des journaux gais, des revues gaies). On parlera aussi d’établissements ouverts aux gais (équivalent de l’anglais gay-friendly).

Enfin, on constate également le recours à une formulation plus neutre, plus officielle, du type : mariage de (ou entre) personnes (ou conjoints) de (ou du) même sexe. Que faut-il retenir dans toutes ces variantes? En fait, toutes ces combinaisons sont correctes et si on ne trouve pas d’attestations avec le terme conjoints en Europe, du moins dans la presse, c’est que cette appellation y désigne des personnes déjà unies par les liens du mariage, contrairement au Québec où le terme conjoints, dans l’usage courant, s’emploie aussi bien pour les personnes mariées que pour celles qui vivent en union libre.

Nous vous invitons à consulter les fiches conjoint de fait, homosexuel, homosexuelle et ouvert aux gais de notre Grand dictionnaire terminologique.