Imprimer

Match

Match est fréquemment employé dans le domaine du sport. Il existe néanmoins plusieurs mots français pouvant avantageusement remplacer cet emprunt à l’anglais, peu importe le contexte.

Le terme match a fait son entrée dans la langue française il y a plus de cent ans : on note effectivement des attestations qui remontent au XIXe siècle. Dès 1935, l’Académie française consignait ce mot dans son dictionnaire, accompagné de la définition suivante : « Lutte entre deux concurrents ou deux équipes », non sans préciser qu’il s’agissait d’un « terme de sports emprunté de l’anglais ».

Pourtant, même si match est utilisé en français depuis des décennies, il ne s’agit pas moins d’un mot emprunté à une époque où la mode, en France, donnait la préférence aux termes qui évoquaient l’Angleterre, même lorsqu’ils faisaient double emploi avec des équivalents français déjà en usage. Car des mots tels que partie, rencontre, joute, combat, épreuve ou confrontation, qui sont tous beaucoup plus anciens et non moins appropriés que match, existaient déjà et sont toujours d’actualité; en outre, ils ont généralement l’avantage d’être plus précis.

Le contexte nous dira lequel des mots partie, joute, épreuve, face-à-face, compétition, combat, duel, etc., convient le mieux. On parlera par exemple d’un combat de boxe plutôt que d’un match de boxe; d’une rencontre de tennis s’il s’agit d’une compétition officielle, sinon d’une partie de tennis; et ainsi de suite. Au Québec, le mot joute est fréquemment employé en parlant d’une partie de hockey ou de baseball. C’est dire combien la langue française peut être riche!

L’histoire de match rappelle celle de mots tels que speech, business, hobby ou challenge : tous ont fait leur apparition en français au XIXe siècle; tous ont conservé leur graphie anglaise; tous sont consignés dans les dictionnaires; mais aucun n’est venu combler une véritable lacune lexicale en français…

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre fiche partie dans Le grand dictionnaire terminologique.