Imprimer

La mode d'en mode...

Depuis quelque temps, nous sommes une société en mode : en mode écoute, en mode réaction, en mode solution, en mode attaque, en mode panique, en mode séduction... Un relevé des derniers mois dans la presse québécoise nous révèle que cette mode a gagné tous les secteurs d'activité. Ainsi, les entreprises sont en mode recrutement ou en mode développement, des employés en mode formation, des syndicats et des patrons en mode négociation, des étudiants en mode apprentissage, des malheureux en mode survie, des politiciens en mode électoral, et la liste pourrait s'allonger.

Le défi n'est donc pas de trouver d'où vient cette construction, l'anglais est rapidement débusqué (to be in... mode), mais de proposer suffisamment d'équivalents intéressants en français pour arriver à se passer de ce calque avant qu'il ne soit devenu indélogeable.

D'abord employée dans des domaines techniques, notamment en informatique, cette expression s'est répandue, au sens figuré, dans la langue générale en anglais. Le français, quant à lui, admet les emplois techniques (travailler, fonctionner en mode interactif, en mode multitâche, en mode asservi ou utilisateur, imprimer des documents en mode brouillon, etc.), mais l'usage qu'on en fait dans la langue plus générale est récent et on peut douter que cet emprunt soit nécessaire.

Alors, plutôt que de se déclarer en mode écoute, par exemple, ne pourrait-on parler de se montrer simplement attentif, à l'écoute de l'autre, réceptif à sa parole, lui prêtant une oreille attentive. Quant à être en mode solution, c'est en être à l'étape de proposer des solutions, d'être à la recherche de compromis, d'un terrain d'entente. Pour ce qui est des parties dites en mode négociation, elles peuvent se dire en cours de négociation, engagées dans un processus de négociation ou dans des négociations intensives, affirmer que la négociation est enclenchée, amorcée ou encore que les parties entament ou poursuivent les négociations. Qu'en est-il des politiciens en mode pré-électoral ou électoral? Qu'ils donnent le coup d'envoi de la campagne électorale, qu'on assiste à un branle-bas de combat préélectoral, ou encore qu'on entre dans la phase préélectorale, que ces politiciens sont déjà engagés dans la campagne électorale ou, plus largement, il peut être question de contexte ou de climat préélectoral ou encore de parfum d'élections. Enfin, pourquoi parler d'entreprises en mode recrutement pour signifier qu'elles sont tout bonnement en pleine période de recrutement?

Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous invitons à consulter l'article En mode de notre Banque de dépannage linguistique.