La capsule
Imprimer

Tabloïde ou compact?

En 2006, un quotidien de Québec décidait d’adopter le format tabloïde ou tabloïd (les deux graphies sont admises). Ce mot a été emprunté à l’anglais tabloid (sans tréma) qui était à l’origine, c’est-à-dire à la fin du XIXe siècle, une marque déposée d’un médicament qui se présentait sous forme de comprimé (de tablet et -oid). Tabloid en est venu par la suite à désigner tout comprimé, sens qui est aussi passé en français mais qui est aujourd’hui vieilli et rare. C’est ce sens qui, par analogie, a mené en anglais à celui de « journal de demi-format »; l’analogie résidant dans le caractère plus accessible, plus concentré et facilement assimilable du médicament sous forme de comprimé.

Le terme est attesté en français en parlant d’un journal depuis 1955, comme nom (un tabloïde), souvent en apposition (en format, en version tabloïde). Nous privilégions la graphie avec un e final qui s’intègre plus facilement au système français (des tabloïdes, des formats tabloïdes).

Dans les pays anglo-saxons, ce format a été associé dès le début à une presse populaire, à des journaux à sensation, et cette connotation reste souvent rattachée au mot. Par contre, en français, le terme est avant tout technique, relevant du vocabulaire de l’imprimerie, il renvoie essentiellement au format réduit de la publication et non au style journalistique qu’on y pratique. Nous proposons donc de conserver le terme tabloïd(e) pour désigner ce type de format réduit, plus maniable, par opposition à grand format. Quant à la connotation péjorative souvent liée à tabloid en anglais, il est préférable de l’exprimer autrement en français, notamment en recourant à des dénominations comme journal populaire, à scandale(s) ou à sensation, ou à des collectifs comme presse populaire, à scandale(s) ou à sensation.

Par ailleurs, on relève aussi l’emploi de compact (version compacte, format compact) pour qualifier ce nouveau format. L’adjectif compact, en français, a d’abord le sens de « serré, dense, comprimé ». Dans ce contexte journalistique, on lui donne un autre sens, emprunté à l’anglais compact, soit « de faible encombrement, qui tient peu de place ». Cette acception est attestée en français depuis le début des années 1960, par exemple dans un appareil photo compact ou une voiture compacte, elle figure dans les dictionnaires usuels. Toutefois, la proximité de ce sens avec un autre que connaît compact en français dans le domaine de l’édition pourrait porter à confusion. En effet, l’édition compacte d’un ouvrage est, par exemple, une édition de poche dans laquelle on a réduit le volume par l’utilisation de caractères plus petits ou par une disposition plus serrée. Ce sens est différent de celui qu’on lui donne dans un journal ou un format compactcompact ne signifie pas que l’on a rétréci les caractères ou resserré la mise en page, mais plutôt que le journal se présente simplement sur un support aux dimensions réduites.

Enfin, on pourrait tout aussi bien parler de format réduit, de demi-format, de petit ou de plus petit format.

Pour en savoir plus sur tabloïde et format tabloïde, nous vous invitons à consulter ces fiches dans notre Grand dictionnaire terminologique.