Imprimer

Se tourner les pouces

Associée au travail, la main sans le pouce opposable aux autres doigts serait très handicapée. L’homophonie pouce/pousse a peut-être aussi encouragé le lien métaphorique entre le pouce et l’idée de travail. Au début du XVIIe siècle, un homme les poulces à la ceinture était un oisif.

Au XIXe siècle, on dit d’un paresseux qu’il ne se foule pas les pouces, puis tout simplement qu’il ne se foule pas.

Se tourner les pouces apparaît aussi au XIXe siècle. La locution est doublée par un geste, mains croisées sur le ventre et les pouces tournant inutilement. Variantes : se rouler les pouces et, plus brièvement, se les rouler.

Les mots du corps dans les expressions de la langue française, p. 70
Jacques Jouet
Collection « Le souffle des mots »
Larousse