La capsule
Imprimer

Texter un texto?

Les choses bougent rapidement dans le domaine de la messagerie mobile. Il devient très intéressant de suivre les différentes appellations qui rendent compte de nouvelles réalités dans l’usage. Alors que des mots font leur entrée, d’autres disparaissent, certains finissent par s’implanter, d’autres encore ne font pas l’unanimité ou ne trouvent pas preneur et attendent toujours de voir le sort que l’usage leur réserve.

Le champ de la téléphonie sans fil est, sur ce point, un bon exemple. Des mots comme texto, message texte, message SMS ou simplement SMS, minimessage, télémessage, message court se disputent la place dans l’usage.

Texto
L’Office privilégie texto pour désigner un court message alphanumérique que l’on peut recevoir ou envoyer à partir d’un terminal mobile. Texto a beaucoup d’atouts pour lui : il est bref comme le sont les textes ainsi rédigés (il rappelle d’ailleurs mémo, cette petite note que l’on prend pour ne pas oublier quelque chose), explicite (contrairement à l’obscur sigle SMS pour Short Message Service), et il est formé d’éléments français. Ce petit mot avait tout pour plaire et on constate qu’il est devenu, en effet, très populaire. Utilisé en France par l’opérateur de télécommunications SFR, texto a été rendu disponible dans la langue commune par un jugement émis en 2008 par le tribunal de grande instance de Paris qui a conclu qu’aucune entreprise ne peut s’approprier le terme comme marque déposée, jugement confirmé par la cour d’appel de Paris en 2009 après que la société eut fait appel de cette décision. Texto est entré dans les dictionnaires et il est aujourd’hui employé couramment, autant à l’écrit qu’à l’oral.

Mais qu’en est-il de ses concurrents?

Message texte
Cette appellation est attestée beaucoup plus fréquemment au Québec qu’en France, probablement en raison de la proximité de l’anglais, message texte étant une traduction de text message, courant en anglais pour rendre ce concept. La tendance actuelle en français est à ce type de formation par apposition, même si elle s’explique souvent par une influence de l’anglais comme dans ce cas-ci. Pour ce qui est du pluriel, une recherche dans la presse francophone nous fait découvrir autant d’attestations de messages texte que de messages textes. En fait, les deux sont possibles, selon le rapport qui est perçu entre les deux noms.

SMS
Le sigle est aujourd’hui connu internationalement. Abréviation de Short Message Service, le sigle en anglais a d’abord été utilisé pour nommer, comme son nom le dit, un service qui assure l’envoi ou la réception de textos (short message). Par métonymie, SMS en est venu à désigner non plus simplement le service permettant cet échange, mais le message lui-même (envoyer, recevoir un SMS), et ce, en anglais comme en français. L’emploi de message SMS plutôt que du seul sigle SMS aide à comprendre ce dont il s’agit en plus de donner une forme plus française à l’appellation.

Minimessage et télémessage
En France, minimessage est le terme qui a été recommandé officiellement par la Commission générale de terminologie et de néologie en 2004. Il figure dans les dictionnaires usuels, mais peine à se trouver une place dans l’usage courant. Quant à télémessage, lui aussi consigné dans les dictionnaires, il est rare et on peut croire qu’il s’éteindra sans trop de bruit, les Français ayant nettement marqué leur préférence pour texto.

Message court
Bien qu’il soit donné comme équivalent de SMS dans des ouvrages spécialisés, le terme message court, simple traduction de short message, est aujourd’hui peu attesté. En outre, message court n’évoque pas immédiatement ce type de message.
Il n’a pas été retenu par l’Office.

Et texter?
Que dire du verbe texter? Bien formé, même s’il s’explique très probablement par l’anglais to text, de même sens, il a également, à l’instar de texto, l’avantage de la brièveté et de la simplicité (notamment pour la conjugaison et la dérivation). De plus, il semble combler un vide lexical. Y a-t-il un mot pour signifier à la fois écrire et transmettre ces messages, bref communiquer par ce moyen? TEXTER! Les jeunes Québécois l’ont adopté, la publicité l’utilise et il entre doucement dans l’usage de l’Europe francophone.

Le langage texto
Plusieurs ont vu dans l’utilisation de ce procédé d’écriture par les jeunes la naissance d’un nouveau langage quoique son hermétisme aux yeux des profanes justifierait peut-être qu’on le définisse comme un jargon. Des linguistes y voient la naissance d’un sociolecte. Résultant des contraintes d’un clavier et d’un écran minuscules et d’une recherche d’économie (de temps et d’argent), le langage texto s’est répandu rapidement. Mélange de phonétique, d’abréviations, de raccourcis surprenants pour les traditionalistes, ce nouveau code langagier a déjà séduit les jeunes. On trouve désormais de petits ouvrages qui se présentent comme des dictionnaires français-texto.

Pour en apprendre un peu plus sur ces concepts, nous vous invitons à consulter dans notre Grand dictionnaire terminologique les fiches texto, texter, langage texto ainsi que messagerie texto, textage et texteur.