Imprimer

Kiss, klondike, papillote, tire Sainte-Catherine, tire à la mélasse...

La petite histoire

On raconte que Marguerite Bourgeoys, notre première institutrice nationale, aurait concocté cette friandise pour attirer les jeunes Amérindiens à l’école... peut-être un 25 novembre, jour de la fête de sainte Catherine. Est-ce la vérité ou simplement une belle histoire? Ce qui est sûr, c’est que cette journée, jusqu’à un passé pas si lointain, était célébrée chaque année dans toutes les écoles du Canada français. Outre qu’on s’y amusait, cette fête était également l’occasion pour les écoliers de manger de la tire. Et le plaisir ne s’arrêtait pas là : on profitait également de l’occasion pour en confectionner à la maison où la préparation de cette friandise et, surtout, la fameuse étape d’étirement devenaient prétexte à la fête et peut-être aux rapprochements entre catherinettes (nos jeunes filles de 25 ans et plus qui n’avaient toujours pas trouvé mari) et jeunes gens disponibles.

Mais, au risque d’ébranler la légende, on trouve une tradition semblable aux États-Unis où la coutume de se réunir pour confectionner le taffy, de la même manière, et peut-être dans le même but qu’ici, est également rapportée; ces soirées étaient appelées taffy-pull ou taffy-pulling. Qui plus est, on dit qu’elles subsisteraient encore dans le pays de Galles. Peut-on penser que cette coutume aurait été apportée ici par les Britanniques?

Les historiens de la langue et les ethnologues pourront sans doute nous éclairer sur l’origine de cette coutume, mais attardons-nous plutôt sur les mots recensés au Québec pour désigner la friandise : kiss pour les uns, plutôt dans l’Est semble-t-il, klondike ou klondyke (que l’on prononce « clennedaque » ou « klendail ») dans la région montréalaise, papillote que l’on trouve surtout dans le commerce, et tire que tous les Québécois connaissent, mais aussi tire de la Sainte-Catherine ou tire Sainte-Catherine, ou encore tire à la mélasse.

De la tire à la Sainte-Catherine

Le mot tire est un québécisme pour désigner cette friandise à base de sucre (mélasse, cassonade, sirop de maïs, sucre blanc, etc.) ayant la consistance du caramel, que l'on confectionne traditionnellement en étirant la préparation refroidie pour ensuite la couper en bouchées que l'on enveloppe dans des papillotes. Les appellations tire de la Sainte-Catherine ou tire Sainte-Catherine font référence à la fête de sainte Catherine, le 25 novembre, qui, comme nous l’avons déjà évoqué, donnait lieu à une fête traditionnelle au cours de laquelle on confectionnait la tire. De nos jours, cette friandise est consommée aussi, sinon davantage, à l’Halloween (le 31 octobre).

Tire à la mélasse

Au Québec, comme la tire est généralement confectionnée avec de la mélasse, le terme tire à la mélasse est souvent usité pour marquer l'opposition avec la tire d'érable qui ne se prépare pas de la même façon, n'a pas la même consistance et se présente sous une forme quelque peu différente. Mais cette dénomination peut aussi s’employer par opposition à tire blanche qui désigne de la tire faite à base de sucre blanc (et non de mélasse), qui lui donne cette couleur.

Une tire

De la tire, on passe, par extension, à une tire pour désigner le bonbon découpé et enveloppé. Dans ce dernier sens, tire est synonyme de papillote, mais aussi de kiss et de klondike, régionalismes familiers.

Papillote

L’appellation papillote est principalement en usage dans le commerce. Comme ce mot désigne d'abord le petit papier dans lequel est enroulé un bonbon, papillote peut en français, par extension, désigner tout bonbon ainsi enveloppé; dans l'usage québécois, cependant, son emploi est réservé aux bonbons de tire.

Kiss et klondike

Les dénominations kiss et klondike n’ont pas été retenues par l’Office. Kiss est un anglicisme inutile puisque les formes françaises tire et papillote sont disponibles et déjà bien implantées. Quant à klondike (ou klondyke), bien que le mot soit encore passablement connu dans la région montréalaise, il tend à s’effacer au profit des termes français. Il est probable que son emploi s’explique par une ancienne marque de commerce : klondike semble inconnu dans ce sens en anglais.

Vous trouverez les fiches tire (« préparation à base de sucre ») et tire (« bonbon ») ainsi que les fiches tire à la mélasse, tire blanche et tire d’érable dans notre Grand dictionnaire terminologique.