Site de l'Office québécois de la langue française

Barre de navigation Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec

 Publications et services linguistiques
 Bibliothèque virtuelle
 Technologies de l'information
 Testez vos connaissances
 Jeux linguistiques
 Données sociolinguistiques
 Liens utiles

Page du GDt et de la BDL

Recherche dans le site
Dossier linguistique - La bonne entente linguistique
 Accueil | Bibliothèque virtuelle | Dossiers linguistiques

Les anglophones descendent des gradins
Claude Tourigny

Depuis le dernier référendum, la communauté anglophone du Québec s'exprime. Citons les films Anglo Blues de Paul Jay, et Vers une terre promise, signé Ina Fischman, les livres English in Montreal, de Jack Jedwab, et Community Besieged. The Anglophone minority and the politics of Quebec, de Garth Stevenson… Et en mai paraissait dans The Gazette la série fort bien documentée d'Alexander Norris : « The New Anglo ».

Avant de présenter des témoignages de francophiles de Montréal, de l'Outaouais et des Cantons-de-l'Est -- tous recueillis en français --, il convient de rappeler certains changements majeurs qui ont marqué en profondeur la communauté anglophone du Québec.

Les anglophones montréalais en pleine mutation

Au début du XXe siècle, les anglophones représentaient un tiers de la population de l'île de Montréal. En 1971, le quart des citoyens étaient d'origine britannique. Aujourd'hui, les personnes de langue maternelle anglaise ne forment plus que 13,7% de la population de la grande région de Montréal. Accentué par les nombreux départs des années 70, le rétrécissement de la communauté anglophone allait modifier en profondeur l'environnement urbain et le type de relations entre francophones et anglophones. Alors qu'on avait toujours vécu en parallèle, on occupait de plus en plus les mêmes quartiers et on fréquentait les mêmes écoles. Voici quelques chiffres actuels :

Des 760 000 Québécois dont l'anglais est la langue d'usage au foyer, seulement le tiers est d'origine exclusivement britannique.
Quelque 18 % des enfants de langue maternelle anglaise fréquentent l'école française et environ 30 % suivent des cours d'immersion en français.
Les enfants nés de couples exogames (anglophone et francophone) vont bientôt dépasser en nombre ceux nés de parents anglophones. Les deux tiers de ces enfants sont bilingues et biculturels; ils se nomment Patrick et Érika Ducharme Steeves; Jennifer, David, Gabriel et Roxanne Laveman Kakon; Thomas et Jeanne Guénette-Dougherty…

Qu'est-ce qu'un anglophone?, se demandait Alexander Norris. Les experts consultés l'ont convaincu qu'il correspondait bien peu aux vieux stéréotypes. Les jeunes surtout se rapprochent de plus en plus des francophones par leurs valeurs et leur style de vie.

Un Américain parmi les francophonesHaut de page

Mon voisin, Fred A. Reed, signe des articles dans La Presse. Comment se fait-il qu'un anglophone écrive en français dans un journal francophone et habite un quartier majoritairement francophone ?

Fred Reed a élevé sa famille à Montréal et il a choisi d'y vivre en français avec la majorité. Américain de naissance, il ne connaissait rien du Québec et encore moins du fait français. Ce fut un choc de découvrir qu'il pouvait vivre à Montréal sans avoir aucun contact avec la majorité. Il a donc décidé de prendre fait et cause pour ces francophones isolés en Amérique du Nord. « J'ai un faible pour le petit, le 'mal-pris', celui qui s'obstine malgré tout à se maintenir. Je considère la survivance du peuple québécois comme une espèce de miracle ».

Plus souvent à Téhéran qu'au Canada, c'est ici au Québec que sont ses nouvelles racines. « C'est ici chez moi, bien que, contrairement à mon petit-fils, dit-il, je ne serai jamais francophone. »

Une économie en restructuration

Traditionnellement aux mains des anglophones, comment l'économie de Montréal a-t-elle traversé la turbulente période des dernières décennies ? Il y a maintenant six ans, le Board of Trade of Metropolitan Montreal fusionnait avec la Chambre de commerce. Les deux communautés d'affaires collaboraient depuis une dizaine d'années, mais on estimait qu'un seul organisme aiderait à remettre Montréal sur pied. Le tout nouveau président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, David McAusland, explique que Montréal a dû surmonter deux grandes crises : « Parlons en premier lieu plutôt d'une transition sociale provoquée par l'exode des anglophones. Cette évolution était peut-être nécessaire, mais il a fallu réorganiser le monde des affaires. En deuxième lieu, comme partout en Amérique du Nord, nous sommes passés d'une économie traditionnelle à une économie du savoir, avec pour conséquence un taux de chômage très élevé. »

Pour David McAusland, qui est aussi avocat spécialisé en fusions et acquisitions d'entreprises, la clé du succès du développement économique de Montréal réside en grande partie dans la formation à la compétitivité des marchés et, pour ce faire, le bilinguisme est essentiel : « Les anglophones du Québec sont mieux préparés, leur niveau de bilinguisme est très élevé, c'est remarquable. Mes trois jeunes enfants fréquentent l'école française et ils sont déjà tous bilingues. »"

L'Outaouais, région oubliée?

John Trent est l'un des fondateurs d'Alliance Québec. Il est aussi président fondateur d'Alliance Outaouais et membre du conseil d'administration. Dans la région qu'il habite et qu'il a choisie pour sa beauté et la proximité de l'Université d'Ottawa, on remarque étrangement une légère hausse du nombre d'anglophones venus s'y établir depuis quelques années. La question des impôts surgit spontanément. M. Trent explique : « D'une part, c'est magnifique ici et, à long terme, le coût de la vie est moins cher qu'en Ontario. Malheureusement, plusieurs anglophones n'ont aucunement l'impression de vivre au Québec, uniquement un dortoir pour eux ».

J'ai rencontré John Trent chez sa belle-mère francophone à Montréal. Natif de Toronto, il a étudié à Paris, à Harvard et à l'Université de Montréal. « Il était essentiel pour moi de connaître la langue française et la communauté francophone si je voulais m'impliquer dans les affaires canadiennes et, si j'ai choisi d'enseigner les sciences politiques à l'Université d'Ottawa, c'est parce que c'était pour moi l'image de ce que ce devait être une université au Canada. »

M. Trent est convaincu que de gros efforts ont été faits pour rendre bilingues les services et l'affichage des commerces dans sa région. Mais il insiste pour expliquer que si des municipalités telles que Wakefield et Shawville, anglophones à 90 %, résistent encore, c'est peut-être pour des raisons historiques : « Il y a des villages ici et là qui sont anglophones, il faudrait le reconnaître et accepter l'affichage bilingue. Il faudrait même être fiers de ces communautés » et il ajoute sérieusement, mais avec un petit sourire aux lèvres : « On pourrait écrire, par exemple, dans les dépliants touristiques du Québec : ' Venez voir notre petit coin anglophone au Québec'. » Il ne faut pas oublier, précise-t-il, que l'Outaouais, de Buckingham jusqu'à Aylmer, a été fondé et développé par des anglophones, des Irlandais et des Américains, même s'ils ne forment plus aujourd'hui que 15 % de la population.

John Trent, père de quatre enfants qui se considèrent de langue maternelle française, souhaiterait qu'au Québec on soit fier d'un passé commun, qu'on reconnaisse que le Québec a été fondé par deux cultures et, ajoute-t-il pour conclure : « Même si de nos jours tout doit être en français, on peut aussi faire une place pour les anglophones ».

Les Cantons-de-l'Est : voisinage et bonne entente

C'est à Sherbrooke, dans une maison entourée d'un boisé, que le président des Townshippers, Gary Richards, a installé son bureau. L'environnement est carrément francophone. C'est dans les rues de Sherbrooke qu'il a appris le français. Il se définit lui-même comme biculturel, mais anglophone.

Il aime raconter ses origines modestes comme celles de nombreuses personnes âgées de sa région. : « Mon grand-père a émigré du pays de Galles et, toute sa vie, il a fait des ménages comme beaucoup d'immigrants ici ». Et on peut sentir sa fierté lorsqu'il regarde la photo de sa fille, bientôt médecin vétérinaire, qui, précise-t-il, est non seulement bilingue mais aussi biculturelle : « J'ai choisi de lui faire connaître la culture francophone, et c'est en grande partie dans des écoles françaises qu'elle a été scolarisée ».Haut de page

L'histoire de ma famille est un peu à l'image de celle des Cantons-de-l'Est, ajoute Gary Richards : « Il règne ici un climat de bonne entente, de bon voisinage et, comme vous pouvez le remarquer, le visage des Cantons-de-l'Est est essentiellement francophone maintenant ». N'oublions pas, tient-il à rappeler, que les anglophones sont venus dans les Townships près de 50 ans avant les francophones. Il est intéressant de savoir qu'en 1860, 100 000 anglophones vivaient dans la région, soit plus qu'à Montréal à ce moment-là. Aujourd'hui, l'érosion semble terminée. Les 45 000 citoyens de langue anglaise représentent 8 % de la population. Si les relations entre les communautés anglophone et francophone ont pu si bien évoluer, c'est grâce, dit-il, aux allophones : « Ils sont venus chez nous et, par leurs attitudes de conciliation, ils ont largement facilité les rapprochements. Je pense bien que c'est aussi ce qui va arriver bientôt à Montréal ».

Gary Richards s'est engagé dans une association de défense des droits des anglophones pour faire en sorte d'aplanir les problèmes qui pourraient surgir entre les deux communautés : « Deux choses préoccupaient plus particulièrement notre communauté : d'abord l'accès à des services en santé. On a fait du lobbying auprès de la ministre, et finalement tout s'est bien passé. Maintenant, il faut s'occuper de la formation technique de nos jeunes moins scolarisés. C'est là que sont actuellement les emplois dans notre région, et nos jeunes sont mal préparés. »

M. Richards est persuadé que le momentum est bien choisi et que maintenant peu d'anglophones croient que le Québec redeviendra bilingue : « Il est temps que les technocrates réalisent que la langue anglaise devrait avoir sa place dans la société québécoise parce qu'elle est la langue majeure du continent. » Et il ajoute avec beaucoup d'émotion : « Ce que je trouve triste, c'est que la majorité des anglophones soient restés depuis trop longtemps dans les gradins de la vie québécoise. On a beaucoup de valeur et beaucoup à offrir… »

L'Université Bishop's, une tradition en transition

Difficile de terminer ce tour d'horizon des Anglo-Québécois sans s'arrêter à l'Université Bishop's, symbole par excellence de la tradition anglo-saxonne. L'université est située à Lennoxville, petit village anglophone à quelques kilomètres de Sherbrooke.

Mme Janyne Hodder, principale et vice-chancelière, en dirige les destinées depuis un peu plus de quatre ans. Élevée à Ahuntsic par une mère francophone et un père anglophone, elle se définit comme essentiellement biculturelle. Avant d'arriver à Bishop's, elle fut sous-ministre adjointe au ministère de l'Éducation du Québec, responsable des relations avec la communauté de langue anglaise.

« Quand je suis arrivée ici, j'ai ressenti un grand choc, suivi d'un coup de foudre. C'était propre et beau, et je me suis dit qu'on avait dû beaucoup aimer Bishop's pour en avoir si bien pris soin. » Bishop's, rappelle-t-elle, a perdu au cours des années 70 la moitié de sa clientèle qui provenait des régions du Québec où s'étaient installés des cadres anglophones : Arvida, Shawinigan, Thetford Mines. Tranquillement, l'université s'est rebâti une clientèle anglophone hors du Québec. « Nous recevons des jeunes du Canada, des États-Unis, mais aussi des francophones (20 % de la clientèle) de la province. Ces transformations ne semblent pas avoir modifié l'orientation profonde de l'école, qui est et demeure de donner au premier cycle une formation large et ouverte », ajoute Mme Hodder. « Nous sommes bien intégrés dans la communauté qui, à son tour, profite de notre réseautage ici et à l'étranger. Nos infrastructures sportives et culturelles sont ouvertes aux gens de la région. Il n'y a pas de clôture à Bishop's, la piste cyclable traverse le campus. »

Lorsque nous avons rencontré madame la principale, qui réside sur le campus, c'était à la veille de la rentrée scolaire et, comme tous les ans, les nouveaux étudiants allaient bientôt, en pleine nuit, lui chanter, sur le porche de sa maison, l'hymne de l'école. Tradition oblige!

Source : Infolangue, automne 1999

 

 Accueil | Bibliothèque virtuelle | Dossiers linguistiques | Haut de page
 

Portail du Gouvernement du Québec