Site de l'Office québécois de la langue française

Barre de navigation Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec

 Publications et services linguistiques
 Bibliothèque virtuelle
 Technologies de l'information
 Testez vos connaissances
 Jeux linguistiques
 Données sociolinguistiques
 Liens utiles

Page du GDT et de la BDL

Recherche dans le site
Chroniques de la cyberpresse - Drôles de binettes
Imprimer

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques

Les internautes qui font preuve de savoir-vivre respectent la néthique et la nétiquette, et échangent ainsi très cordialement à travers le cyberespace. Mais le mode de communication très libre instauré dans Internet et le style parlé qu'adoptent les messages écrits leur ont fait ressentir le besoin d'un nouveau procédé d'expression. Ils ont voulu disposer d'un équivalent du langage non verbal, de ce qu'exprime normalement le visage et le corps de celui ou celle qui parle, bref de ses émotions ou de son état d'esprit. C'est pourquoi, et afin d'éviter d'éventuels malentendus, on a réalisé une série de petits dessins composés de caractères ASCII, c'est-à-dire de caractères typographiques normalisés figurant sur la plupart des claviers d'ordinateurs, comme le deux-points, le point-virgule, les parenthèses, les crochets, les chevrons, les traits d'union, etc. Les combinaisons de ces caractères, vues de côté, en penchant la tête vers la gauche, suggèrent la forme d'un visage expressif : sourire, colère, surprise, doute, complicité peuvent ainsi s'exprimer simplement, sans mots.

En anglais, on appelle ces marqueurs smiley ou smiley face, ou encore emoticon, (de emotion et icon). En français, on a pensé au mot binette; en effet, ce sont bien des petits visages, des binettes, qu'on obtient ainsi, et le registre familier auquel appartient le mot binette convient tout à fait au message de familiarité qu'on veut transmettre. Certains ont proposé ou employé souriant ou émoticône comme équivalents de smiley. L'inconvénient de souriant, ces petits dessins sont loin d'être tous souriants! Quant à émoticône, mot-valise formé, comme l'anglais, des mots émotion et icône, il ne convient guère, car il ne s'agit pas là d'icônes comme on en utilise couramment en informatique et qui sont des représentations symboliques des fonctions des logiciels, qu'on appelle aussi mais, plus rarement, pictogrammes.

Certains internautes malicieux ont fait preuve de beaucoup de créativité en imaginant des binettes qui n'exprimeraient pas une émotion ou un état d'esprit, mais représenteraient plutôt des personnalités ou des personnages célèbres, comme le pape +-:-), ou Charlie Chaplin C|:-=, ou celui qu'on a beaucoup vu dernièrement, le père Noël *<:-)!

Article déjà publié dans Les chroniques de la cyberpresse

Noëlle Guilloton et Corinne Kempa
15 janvier 1999

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques | Haut de page

Imprimer

Portail du Gouvernement du Québec