Site de l'Office québécois de la langue française

Barre de navigation Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec

 Publications et services linguistiques
 Bibliothèque virtuelle
 Technologies de l'information
 Testez vos connaissances
 Jeux linguistiques
 Données sociolinguistiques
 Liens utiles

Page du GDT et de la BDL

Recherche dans le site
Article terminologique - Du dinosaure à la souris
Imprimer

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques

Les premiers ordinateurs étaient tellement gros que, si leur taille n’avait pas diminué, ils auraient peut-être subi le même sort que les dinosaures; du moins, ils n’auraient pas envahi le monde! Le premier ordinateur, apparu en 1944, était énorme, en partie à cause des tubes à vide dont il était constitué. Il pesait 30 tonnes, occupait presque la surface d’un terrain de football, consommait beaucoup d’énergie et dégageait énormément de chaleur. L’apparition du transistor en 1948 allait grandement changer le développement des ordinateurs. Bien que les transistors aient alors représenté une nette amélioration par rapport aux tubes à vide, des problèmes de chaleur excessive et de forte consommation d’énergie demeuraient.

C’est la découverte du circuit intégré, en 1968, qui déclencha le phénomène de la démocratisation de l’ordinateur. Celui-ci devint de plus en plus petit, et le matériel de moins en moins cher. Avec la création du microprocesseur en 1971, sont apparus au milieu des années 70 les micro-ordinateurs mis sur le marché par les sociétés américaines Apple et IBM, ce qui révolutionna le monde de l’informatique. En 1981, IBM lance son ordinateur personnel, le PC. On assiste alors à une véritable explosion de clones, faisant de cet ordinateur une machine très abordable. En 1983, Apple présente le premier ordinateur doté d’une interface utilisateur graphique et d’une souris; la popularité de ces nouveautés entraîna leur intégration rapide à l’ensemble des PC. L’ordinateur est alors de plus en plus présent dans les entreprises, de même que dans les foyers. Le micro-ordinateur de bureau devient, à partir de ce moment-là, le principal instrument de travail de tous ceux et celles qui ont à traiter individuellement des données.Haut de page

Aujourd’hui, on trouve plusieurs types d’ordinateurs que l’on regroupe en trois grandes catégories :

les ordinateurs centraux (angl. mainframe), appelés aussi macro-ordinateurs, gros ordinateurs ou gros systèmes; ce sont des ordinateurs puissants, indispensables lorsque des applications exigent une puissance centralisée très élevée;

les mini-ordinateurs (angl. minicomputer); ce sont des ordinateurs de puissance moyenne à élevée, utilisés pour des applications spécifiques, comme le contrôle industriel par exemple;

les micro-ordinateurs (angl. microcomputer); ce sont les ordinateurs les plus répandus actuellement : ils peuvent être utilisés pour un usage personnel, mais peuvent également être reliés à plusieurs terminaux et effectuer des tâches très complexes.

Avec la miniaturisation des différents composants, apparaissent des ordinateurs de plus en plus petits et mobiles. Ces appareils, que l’on désigne sous l’appellation générale de portables, sont devenus très présents dans toutes les sphères d’activité, et indispensables dans bien des cas. Nous en parlerons à une prochaine occasion.

Données extraites du Grand dictionnaire terminologique de l'Office de la langue française

Article déjà publié dans Les chroniques de la cyberpresse

Rédaction : Johanne Villeneuve
avril 1999

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques | Haut de page

Imprimer

Portail du Gouvernement du Québec