Site de l'Office québécois de la langue française

Barre de navigation Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec

 Publications et services linguistiques
 Bibliothèque virtuelle
 Technologies de l'information
 Testez vos connaissances
 Jeux linguistiques
 Données sociolinguistiques
 Liens utiles

Page du GDT et de la BDL

Recherche dans le site
Article terminologique - Les bonnes manières
Imprimer

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques

Les internautes forment une communauté de personnes qui partagent leur intérêt pour le réseau Internet et qui sont, c'est le but d'un réseau, en communication les unes avec les autres. L'expression communauté virtuelle est d'ailleurs souvent utilisée en association avec ces groupes de personnes qui se rencontrent et échangent par l'intermédiaire d'un réseau informatique et qui sont unies par des centres d'intérêts communs. Comme c'est le cas dans tout groupe le moindrement organisé, et même s'il revendique une certaine anarchie, les membres du réseau Internet se sont dotés de règles de bienséance, voire de principes moraux qui doivent régir leur comportement.

En anglais, l'ensemble de ces principes moraux en vigueur dans les réseaux de téléinformatique est désigné par les termes cyberethics, Internet ethics et network ethics. Comme équivalent français, on relève le mot-valise hybride néthique. Ce mot est évidemment formé de l'élément anglais net et du mot éthique, qui désigne l'art de diriger la conduite ou un ensemble de règles de conduite. Notons en passant qu'éthique prend actuellement le pas, à tort ou à raison, sur morale et déontologie. On parle aussi d'éthique d'Internet et d'éthique du réseau ou d'éthique du Net, Net étant une appellation familière pour Internet. La criminalité informatique illustre bien les comportements contraires à la néthique. Pensons seulement au piratage ou à la violation des données, à l'atteinte aux droits d'auteur, à la diffusion de documents illicites, par exemple à caractère pédopornographique, ou encore à la propagande haineuse.

Pour ce qui relève de la bienséance ou du simple savoir-vivre, notamment lors des échanges dans les forums ou par courrier électronique, il y a la nétiquette, qui n'est pas, on s'en doute, un diminutif de néthique, et qui s'écrit évidemment sans h. Nétiquette est lui aussi un mot-valise hybride formé de l'élément net et du mot étiquette. À propos, on peut noter que, on s'en doute, par un juste retour des choses, étiquette est un mot que l'anglais a emprunté au français, en l'écrivant bien sûr sans accents. Comme synonymes, on peut également employer étiquette d'Internet, étiquette du réseau ou étiquette du Net. Quant à l'anglais, il dispose de plusieurs termes pour désigner cette notion : Nétiquette, Net etiquette, network etiquette, Internet etiquette et Internetiquette.

Ainsi, si l'on veut observer la nétiquette, il vaut mieux, par exemple, éviter d'écrire en majuscules, car cela équivaudrait à crier, ou encore ne pas renvoyer le message électronique intégral si l'expéditeur ne demande qu'une simple réponse du genre oui ou non. Parmi les pratiques liées au non-respect de la nétiquette, mentionnons également le pollupostage, appelé spamming en anglais, qui consiste à inonder de nombreux forums avec le même message, inutile et sans rapport avec le sujet de discussion (souvent de la publicité), causant ainsi une véritable pollution des réseaux, et la bombarderie, équivalent français pour mail bombing, qui consiste à envoyer, dans un but malveillant, une quantité incroyable de messages à une même adresse de courrier électronique, risquant de provoquer ainsi une panne ou même le plantage (crash) de l'ordinateur du destinataire.

En fait, respecter la néthique et la nétiquette, c'est tout simplement adopter une bonne conduite et faire preuve de savoir-vivre dans le cyberespace. 

Article déjà publié dans Les chroniques de la cyberpresse

Rédaction : Noëlle Guilloton et Yolande Perron
19 février 1999

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques | Haut de page

Imprimer

Portail du Gouvernement du Québec