Site de l'Office québécois de la langue française

Barre de navigation Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec

 Publications et services linguistiques
 Bibliothèque virtuelle
 Technologies de l'information
 Testez vos connaissances
 Jeux linguistiques
 Données sociolinguistiques
 Liens utiles

Page du GDT et de la BDL

Recherche dans le site
Article terminologique - Quel est ce mystèrieux @?
Imprimer

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques

Depuis que les adresses de courrier électronique se sont répandues, par le réseau Internet notamment, on s'intéresse beaucoup à un signe graphique qui sert de séparateur à l'intérieur de ces adresses. C'est un symbole formé de la lettre a aux trois quarts encerclée : @. Ce symbole qui paraît nouveau à certains est pourtant en usage depuis très longtemps dans la langue commerciale anglo-américaine pour indiquer, sur un bon de commande ou une facture, par exemple, le prix unitaire d'un article; il se lit [at], puisque cette préposition anglaise sert, entre autres, à indiquer la valeur relative de quelque chose. Ainsi, « deux lampes à 15 dollars pièce » s'écrit dans un document commercial en anglais : 2 lamps @ $15, ce qui se lit à haute voix « two lamps at fifteen dollars ». Mais la préposition at, équivalant ici encore au à français, peut aussi indiquer la situation de quelque chose ou de quelqu'un, un endroit, un point dans l'espace (comme dans Jane is at the office, ou dans He works at home) : c'est sans doute la raison pour laquelle on s'en est servi pour établir les adresses électroniques, entre, d'une part, le nom de l'internaute, et, d'autre part, le nom de l'ordinateur hôte et le type d'organisation ou le pays d'origine qui le situent dans l'espace cybernétique. Le symbole @ indique donc que tel internaute est à tel endroit ; nous verrons plus bas que ce sens influe maintenant à juste titre sur la façon d'énoncer une adresse électronique.

Ce at sign, ou at symbol, ou encore commercial at, est appelé en français a commercial, sur le modèle de cet autre symbole ou signe graphique, la perluète ou esperluette (&), qu'on nomme également et commercial. A commercial est bien le nom retenu par l'ISO, l'Organisation internationale de normalisation, mais certains reprochent à cette appellation d'être trop longue et de ne pas convenir au contexte non commercial d'Internet, même si on peut tout simplement y voir un rappel de son usage premier.

C'est ainsi que le mot arrobas (avec un ou deux r et avec un s final sonore ou non) s'est répandu dans l'épellation des adresses électroniques. Mais ce mot est bien mystérieux : d'où vient-il ? de quels éléments est-il formé ? On se perd en conjectures...

À défaut de certitudes, voici deux propositions d'explications étymologiques qui ont cours en ce moment : arrobas viendrait d'un rapprochement ou d'une confusion avec le symbole d'une unité de poids espagnole, arroba, dont le nom français est arrobe (avec un ou deux r), et dont l'origine est l'arabe [ar-roub]; ou arobas serait la déformation de a rond bas (de casse), c'est-à-dire a minuscule entouré d'un rond.

Quoi qu'il en soit, ce petit signe séparateur est aussi doté d'autres désignations évocatrices ou fantaisistes : escargot, arabesque, a roulé, a arrondi, a-rondi, même... Il faut reconnaître en tout cas qu'il stimule l'imagination et que, si le mystère autour de son synonyme arobas persiste, a commercial a au moins le mérite d'être, à l'origine, plus motivé.

En outre, depuis peu, pour donner oralement ou dicter leur adresse électronique, plusieurs disent simplement [a] pour nommer le symbole @, le contexte étant suffisamment clair. On peut donc dire cliquer@oqlf.gouv.qc.ca, et aussi, bien sûr, nous écrire!

Article déjà publié dans Les chroniques de la cyberpresse

Noëlle Guilloton
avec la collaboration de Corinne Kempa
mise à jour
le 26 novembre 1998

 Accueil | Technologies de l'information | Chroniques | Haut de page

Imprimer

Portail du Gouvernement du Québec