logo OPALE

Colloque du réseau des Organismes francophones de politique
et d’aménagement linguistiques (OPALE)

Les anglicismes : des emprunts à intérêt variable?

Les 18 et 19 octobre 2016
Musée de la civilisation, 85, rue Dalhousie, Québec

Le colloque international Les anglicismes : des emprunts à intérêt variable? aura lieu au Musée de la civilisation de Québec le 18 octobre (journée complète) et le 19 octobre (demi-journée). Il réunira des acteurs des quatre coins de la francophonie ayant acquis une expertise dans différentes sphères d’activité.

Quel est l’objectif du colloque?

Le colloque sera l’occasion de faire le point sur l’influence actuelle de l’anglais sur le français, en ce qui concerne notamment le lexique, la grammaire, la phonétique et la graphie. On y échangera sur les diverses façons dont les organisations et les individus qui s’intéressent directement à la description de la langue française et à l’orientation de son usage (terminologues, traducteurs, langagiers, journalistes, publicitaires, etc.) conçoivent et évaluent le phénomène de l’anglicisme, et en tiennent compte dans leurs pratiques. Enfin, on y discutera de la perception qu’entretiennent les citoyens à l’égard des anglicismes ainsi que de leur attitude vis-à-vis de ceux-ci.

Qu’est-ce que le réseau OPALE?

L’Office québécois de la langue française, le Conseil supérieur de la langue française et le Secrétariat à la politique linguistique représentent le Québec au sein du réseau des Organismes francophones de politique et d’aménagement linguistiques (OPALE). La Délégation générale à la langue française et aux langues de France, le Conseil de la langue française et de la politique linguistique de la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Délégation suisse à la langue française en font également partie. Pour sa part, l’Organisation internationale de la Francophonie y a le statut d’observatrice.

Le réseau OPALE permet de conduire et de rendre plus visibles des projets communs, en particulier dans le domaine de la sensibilisation des publics. Il constitue aussi une enceinte de concertation sur les initiatives de chaque membre en matière de politique linguistique : évolutions législatives, enrichissement du français, réforme de l’orthographe, etc.

Le réseau organise tous les ans un colloque international, responsabilité que se partagent à tour de rôle les délégations membres. À l’automne 2016, c’est au Québec que reviendra cet honneur.

Photo : Mathieu Dupuis