Signet - Office québécois de la langue française
Impression
baladodiffuseur    n. m.
Terme anglais : podcaster

Appellation féminine :
baladodiffuseuse n. f.

Synonymes :
baladiffuseur n. m.
baladiffuseuse n. f.

Termes à éviter :
balladodiffuseur
balladiffuseur
podcasteur
podcaster

Synonyme :
blogcaster

Définition :
Diffuseur qui, par l'entremise d'un abonnement à des fils RSS ou équivalents, rend disponible dans Internet des contenus radiophoniques, audio ou vidéo, téléchargés automatiquement à l'aide d'un logiciel agrégateur et destinés à être transférés sur un baladeur numérique pour une écoute ou un visionnement ultérieurs.

Note :
Ces contenus multimédias disponibles en baladodiffusion peuvent être, par exemple, des émissions de radio (provenant du site Web d'un radiodiffuseur ou créées par un blogueur) et des billets audio ou vidéo (provenant d'un blogue).

Notes linguistiques :
Les termes baladodiffuseur et baladiffuseur ont été proposés par l'Office québécois de la langue française, en octobre 2004, comme équivalents de podcaster (les termes baladodiffusion et baladiffusion ayant été proposés comme équivalents de podcasting). Il s'agit de deux mots-valises issus de la contraction de baladeur (en référence au iPod) et de radiodiffuseur. Dans le cas du premier terme, on a ajouté la lettre de transition o entre les deux formants. Ils ont été créés sur le modèle de radiodiffuseur, télédiffuseur et webdiffuseur.

Il est à noter que baladodiffuseur et baladiffuseur s'écrivent avec un seul l, tout comme baladeur, balader et balade (« action de se balader, de se promener sans but »). Le mot ballade, écrit avec deux l (qui désigne un poème de forme libre, d'un genre familier ou légendaire), n'a pas servi à la formation de ces deux termes.

On notera également que les termes baladodiffuseur et baladiffuseur ne sont pas des synonymes de baladeur.

Le terme hybride podcasteur (podcast auquel on a ajouté le suffixe français -eur), mal adapté au français sur le plan morphologique, est à éviter. Le terme podcaster, emprunt intégral inutile à l'anglais, est à éviter en français.

Portail du Gouvernement du Québec