Site de l'Office québécois de la langue française

Barre de navigation Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec

 Publications et services linguistiques
 Bibliothèque virtuelle
 Technologies de l'information
 Testez vos connaissances
 Jeux linguistiques
 Données sociolinguistiques
 Liens utiles

Page du GDT et de la BDL

Recherche dans le site
Dossier linguistique - Entrevue avec Michel Désautels

 Accueil | Bibliothèque virtuelle | Dossiers linguistiques

La parole est à lui
Entrevue avec Michel Désautels
Daniel Moisan

L'animateur de Zap radio et du magazine Les Jeux sont faits, à Radio-Canada, est reconnu par le public autant que par ses pairs pour ses talents de communicateur et pour la grande maîtrise qu'il démontre de son principal outil de travail, la langue française. Le Mérite de la langue française dans les médias vient d'ailleurs de lui être décerné. Faisons plus ample connaissance avec cet homme de radio au naturel raffiné.

La radio est son univers. Il affirme même : « Mon école à moi, c'est la radio. » Michel Désautels y fait carrière depuis près d'une trentaine d'années; il y a rencontré sa femme, Chantal Jolis; c'est presque une vocation. Et son intérêt pour la communication en français n'y est pas étranger. Sa mère déjà, qui écoutait beaucoup la radio, attachait une grande importance à la correction de l'expression, même si elle avait peu d'instruction. « Elle nous reprenait sur nos fautes, mais nous encourageait quand nous employions un mot à bon escient. » Pour ce professionnel de la parole, la lecture ne se dissocie cependant pas de l'expression orale, ni du plaisir. Il se souvient de la version illustrée de L'Iliade et de L'Odyssée qu'il a reçue en cadeau à six ans : ce fut la découverte de la richesse des mots alliée à celle de l'histoire. Et il reste reconnaissant envers ce préfet de discipline clairvoyant qui lui a suggéré de lancer un journal d'école pour occuper ses longues périodes de « corridor »... Même s'il ne travaille pas dans la presse écrite, Michel Désautels reste près de l'écrit par la lecture : il déplore d'ailleurs qu'elle ne soit pas suffisamment encouragée. C'est pour lui une façon de progresser, notamment dans la maîtrise de sa langue.

« Mon intérêt pour le français a toujours existé, mais mes préoccupations quant au français qu'on parle et qu'on diffuse ont été accrues par mon séjour à Timmins, dans le nord-est de l'Ontario, puis à Toronto. J'y ai vraiment pris conscience des besoins des francophones, de l'érosion du français, de l'influence de l'anglais sur la langue de tous les jours. Et l'image que les jeunes francophones ont d'eux-mêmes s'y trouve dépréciée. » Michel Désautels en a gardé une grande méfiance à l'égard des anglicismes. Il apprécie les rappels qui touchent à l'emploi des mots que fait Guy Bertrand, à Radio-Canada, mais déplore le peu de formation et d'encadrement fourni actuellement au personnel d'antenne. Haut de page

Pas la mode, les modèles

Ce qu'il valorise, c'est une langue simple, claire, qui ne cherche pas à impressionner ni à suivre les modes... Mais des modèles, oui, il en a eu. Miville Couture, par exemple, « qui s'exprimait bien, mais était tout sauf constipé. Comme chef des annonceurs, il était très rigoureux dans la sélection des candidats et dans l'encadrement qu'il leur donnait. En ondes, il savait manier deux ou trois niveaux de langage, avec beaucoup de souplesse. » D'autres après lui, comme Pierre Chouinard, qui animait quand Michel Désautels était adolescent l'émission qui s'appelait déjà Montréal Express : « Pour moi, il était un modèle, car il amenait un peu de fraîcheur dans une antenne qui était souvent trop stricte. Très naturel, mais avec une maîtrise de la langue tout à fait remarquable. Je me disais, à 16 ou 17 ans, que sa façon de travailler me plaisait et que j'aimerais bien faire cette émission : par la suite, je l'ai animée pendant huit ans. » Il voue aussi une grande admiration à Pierre Nadeau, pour son panache, son élégance rare qui n'a rien de hautain. Quant à Pierre Pascau, « il a été une stimulation pour moi. Il ne le sait même pas. Il avait un magazine quotidien et avait reçu en studio un groupe d'adolescents du secondaire pour parler de leur but dans la vie, de leurs rêves, et je faisais partie de ce groupe. Il m'a demandé ce que je voulais faire. Je ne savais trop : j'avais été un enfant comédien dès l'âge de sept ans, j'avais ensuite pensé à la traduction.... Il m'a dit : <Je t'ai écouté et je pense que tu devrais aller vers le journalisme.> J'entendais pour la première fois quelqu'un me dire ce que, un peu secrètement, j'entretenais sans trop me l'avouer. S'il lit cet article, je le salue. »

Le plaisir s'accroît avec l'usage

Michel Désautels s'exprime avec une aisance et un naturel que peu d'animateurs possèdent. Quant à son souci de la qualité de la langue, il ne lui semble pas partagé par les humoristes, les chanteurs, les comédiens à qui on demande d'animer des émissions sans autre formation. Chez lui, ces qualités sont le résultat d'une prise de conscience de l'importance de cet outil qu'est la langue pour un communicateur, et d'efforts constants. Et ce travail lui plaît visiblement : « Je pense que ces résultats viennent avec le temps. C'est l'œuvre d'une vie. Contrairement à beaucoup de choses, la langue qu'on parle, qu'on écrit, est toujours en mutation. On avance, on mûrit, et le plaisir s'accroît avec l'usage. » Ce qui doit être vrai : son sourire en témoigne.Haut de page

Mais, pour notre animateur, simplicité ne veut pas dire familiarité. Il exclut le tutoiement en ondes, par exemple, tout comme il le déteste dans les slogans publicitaires. « À mes débuts à Radio-Canada, il m'arrivait souvent d'utiliser le tu en entrevue quand j'avais des intérêts proches de mes invités, ou que nous étions du même âge. C'était déjà un grand sujet de débat personnel, et nous nous posions la question entre collègues. On croyait à tort qu'il fallait tutoyer pour donner une impression de détente. Je me suis ensuite rendu compte que c'était davantage une façon d'éloigner l'auditeur, de l'exclure, qu'un manque de respect envers l'invité qui souvent se prête au jeu, surtout dans le milieu de la chanson ou du sport. Quand on connaît bien l'invité -- et avec les années certains deviennent des amis -- le vouvoiement peut paraître bizarre, mais c'est une forme de respect pour l'auditoire, et cela permet une distance nécessaire pour aborder certaines questions, qu'on n'aborde pas de la même façon en tutoyant. »On se souvient que Michel Désautels a effectivement été le seul journaliste à vouvoyer Jacques Villeneuve au Centre Molson en 1997. « Ce n'est pas parce qu'il est jeune, que c'est un champion, qu'on a l'impression qu'il est à nous, qu'il a les cheveux décolorés, qu'on doit le tutoyer. », affirme-t-il avec conviction.

Et la langue des jeunes, justement ? Le père de deux adolescents se refuse à comparer leur langue et la sienne à leur âge. « C'est difficile de remonter dans le temps et d'avoir une perception exacte. Comme moi à l'époque, je crois que mon fils de 16 ans a deux ou trois niveaux de langage qu'il utilise selon les circonstances. À mon goût, il y en a un qu'il délaisse un peu trop souvent, je le lui rappelle, car je sais qu'il est capable de le manier aussi. L'école n'a pas complètement raté son coup. L'encadrement, la volonté, l'exemple des parents finissent par jouer, comme celui de ma mère sur moi. Il importe de savoir exprimer exactement ce qu'on veut, de connaître le nom précis de chaque chose et de l'utiliser. Je leur dis : <Si tu emploies le bon mot, même si certains de tes camarades ne comprennent pas, c'est leur problème.> Mes fils l'ont très bien compris, et je ne suis pas pessimiste, même si cette attitude n'est pas très encouragée. »

La loi du square Chaboillez

Le direct a ses exigences, et l'improvisation, ses pièges. On a beau maîtriser sa langue, nul n'est à l'abri de l'erreur. Que faire ? Voici le conseil de notre professionnel du micro : « Lorsque je me trouve en situation de travail devant un mot qui m'échappe ou un emploi dont je ne suis pas certain, j'utilise toujours la 'loi du carré (ou du square) Chaboillez'. Elle nous vient de ce bon vieux - et fort !-- Louis Cyr, qui était policier de la Ville de Montréal. Un jour de canicule, il était en patrouille avec un de ses collègues dans le quartier de Saint-Henri-Pointe-Saint-Charles. Quelqu'un vient leur dire : le cheval de M. Tremblay est mort - M. Tremblay était le laitier du coin -. Sous la charge et la chaleur, son vieux cheval s'était écroulé. Les deux policiers se dirigent vers l'endroit et trouvent le cheval étendu. L'autre policier commence à écrire le constat : à 11 h 30, le cheval de M. Tremblay est tombé dans le carré Chaboillez. Il se retourne vers Louis Cyr, parce que la plaque de rue n'était pas visible : comment écrit-on Chaboillez ? Cyr se gratte le crâne, se penche, ramasse le cheval, traverse jusqu'au coin de l'autre rue : le cheval est mort dans la rue Notre-Dame. Voilà la « loi du carré Chaboillez ». Plutôt que de faire ou de dire une bêtise, on contourne le problème. Je ne sais pas si l'histoire est vraie, mais la loi fonctionne tous les jours. »Encore faut-il disposer de solutions de rechange, richesse de vocabulaire et moyens d'expression ! Michel Désautels serait-il donc un Louis Cyr de la parole ?

Fort en français, il l'est certainement, mais son mot préféré exprime la douceur : c'est câlin -- et ses dérivés --, « parce qu'il a plusieurs sens, selon le moment, l'endroit où il est placé dans une phrase, l'inflexion de la voix, la ou les personnes à qui on s'adresse »... Et on croit Michel Désautels « sur parole », vu le charme et la sympathie qui se dégagent de lui.

Source : Infolangue, automne 1998

 Accueil | Bibliothèque virtuelle | Dossiers linguistiques | Haut de page

 

Portail du Gouvernement du Québec