Signet - Office québécois de la langue française
Impression
chiffrement    n. m.
Terme anglais : encryption

Synonyme :
cryptage n. m.

Termes non retenus :
chiffrage
encryptage

Termes à éviter :
codage
encryption
brouillage

Synonymes :
encipherment
enciphering
ciphering

Définition :
Opération par laquelle est substitué, à un texte en clair, un texte inintelligible, inexploitable pour quiconque ne possède pas la clé permettant de le ramener à sa forme initiale.

Notes :
En cryptographie, une clé est une sorte de code, c'est-à-dire une série de symboles obtenus à l'aide d'un algorithme (formule mathématique), qui permet de chiffrer ou de déchiffrer un message.
Le chiffrement permet d'assurer la confidentialité des données.

Notes linguistiques :
La tendance actuelle favorise les termes construits avec crypt-. Plusieurs ouvrages terminologiques récents privilégient cryptage au lieu de chiffrement, terme utilisé depuis longtemps pour désigner cette notion. L'opération inverse du chiffrement s'appelle déchiffrement et suppose que l'on possède la clé. Le terme décryptage est réservé pour désigner l'opération qui consiste à casser l'algorithme (le procédé de calcul) sans en avoir la clé.
Le terme chiffrage fait double emploi avec chiffrement et risque de créer de la confusion, puisqu'il désigne notamment l'action d'évaluer en chiffres, par des calculs (ex. : chiffrage de la sinistralité informatique).
Le terme encryptage, moins attesté, ne vient qu'ajouter à la confusion et, pour cette raison, n'a pas été retenu comme synonyme de chiffrement.
Les termes chiffrement et codage ne sont pas équivalents. Alors que le chiffrement utilise un algorithme, le codage se fait à partir d'un dictionnaire de codes.
Le terme encryption n'existe pas en français.
Le terme brouillage ne doit pas être confondu avec chiffrement, dont il n'a aucunement le sens. Il désigne en effet, non pas la substitution d'un texte chiffré à un texte en clair, mais bien la perturbation produite sur une ligne de transmission, afin de rendre la voix ou les données transmises inintelligibles. On évitera donc d'employer le terme brouillage (intentionnel) à la place de chiffrement.
On rencontre parfois l'expression chiffrement réversible pour désigner le chiffrement. Ce terme, qui semble redondant, désigne toutefois une notion très précise et n'est utilisé que si, dans certains contextes, on doit faire la distinction entre ce type de chiffrement et le chiffrement irréversible. Autrement, le terme chiffrement suffit.

Portail du Gouvernement du Québec