Site de l'Office québécois de la langue française
Barre de navigation
Image Les indispensables
Les indispensables
Le français, notre affaire à tous

Programmes
de subvention

Les programmes de subvention sont en cours de révision.

Image Les actualités
Prix Camille-Laurin

L’appel de candidatures est lancé!

Vous connaissez une personne influente qui contribue de façon significative à rehausser l’usage, la qualité ou le rayonnement du français par la mise en œuvre d’un projet de francisation dans son milieu de travail ou sa sphère d’activité? Faites-le-nous savoir!

Vous avez jusqu’au 27 janvier 2017 pour présenter sa candidature. Depuis 2012, une bourse de 5 000 $ est offerte au lauréat ou à la lauréate de ce prix. Toute l’information se trouve dans le site suivant : www.francofete.qc.ca.

Mérites Francopub

Publicités recherchées!

D’ici au 1er février 2017, les concepteurs-rédacteurs et conceptrices-rédactrices sont invités à inscrire aux Mérites Francopub leurs publicités qui se démarquent par une utilisation astucieuse, originale et remarquable de la langue française. Deux bourses d’une valeur totale de 10 000 $ seront remises aux créatifs et aux créatives dont les publicités retiendront l’attention du jury. Les publicités soumises doivent avoir été diffusées au Québec entre le 1er janvier et le 31 décembre 2016. Le formulaire d’inscription et tous les détails relatifs aux Mérites Francopub se trouvent dans le site www.francofete.qc.ca.

Bonne chance!

Montréal - raconté par ses noms de lieux.

© Ville de Montréal, bureau du patrimoine, de la toponymie
et de l'expertise

De Hochelaga à Montréal

En 2017, les chroniques toponymiques s’animent pour le 375e anniversaire de Montréal! Chaque mois, vous découvrirez des noms de lieux qui témoignent de la riche histoire de cette ville.

Dans la chronique de janvier, retraçons les origines des toponymes Hochelaga, Ville-Marie et Montréal, qui ont tous trois désigné, à différentes époques, le lieu où est située l’actuelle métropole.

Vitrine des bons coups 2016

Mérite du français au travail et dans le commerce
Organisations de moins de 50 employés

Auberge Le Pomerol, pour la francisation de ses outils informatiques de gestion du travail et du service à la clientèle

M. Gilles Dulude (3e à partir de la gauche), membre de l’Office québécois de la langue française et membre du jury, accompagné des représentants de l’organisation lauréate, l’Auberge Le Pomerol, et de la Chambre de commerce LGBT du Québec.

Dans l’industrie de l’hôtellerie, les grandes chaînes donnent généralement le ton en matière d’outils de travail et de terminologie. L’anglais fait donc souvent partie du quotidien des travailleurs québécois.

Qu’à cela ne tienne! Au cours de la dernière année, l’Auberge Le Pomerol, petit établissement hôtelier montréalais qui compte douze employés, a été animée du désir de franciser ses principaux outils informatiques de gestion du travail et du service à la clientèle.

Un planificateur de tâches et de suivi permet dorénavant de confier des responsabilités au personnel dans un environnement en français. Toutes les communications internes, relatives notamment aux besoins des clients, peuvent être consultées dans un journal de bord francisé. Le logiciel de gestion des tarifs des chambres, dont les données s’affichent aussi dans le système de réservation, renferme la bonne terminologie française. Même la base de données de publipostage, qui liste les coordonnées des clients ayant séjourné dans l’établissement, n’a pas échappé à ce vent de changement.

L’enthousiasme contagieux de cet établissement hôtelier pour la francisation de ses outils de travail a même gagné d’autres entreprises évoluant dans le milieu.

À l’Auberge Le Pomerol, le personnel et la clientèle sont traités aux petits oignons… et en français!

Lauréats et finalistes

La Charte au quotidien

Quelles sont les règles à suivre concernant les logiciels mis à la disposition du personnel dans les entreprises, au Québec?

L’ordinateur et le logiciel sont des outils de travail fournis au personnel, au choix de l’employeur. Au-delà du droit reconnu des travailleurs d’exercer leurs activités en français, comme le prévoit la Charte de la langue française, une entreprise employant 50 personnes ou plus doit mettre à la disposition de son personnel la version française des logiciels, que ceux-ci soient commerciaux ou qu’il s’agisse d’une application développée à l’interne. Cette mesure a pour objet d’assurer la généralisation de l’utilisation du français, notamment dans les technologies de l’information.

Si, en vertu de son droit de gérance, l’employeur permet à certains employés d’utiliser une version dans une autre langue que le français, cela ne doit toutefois pas compromettre la généralisation de l’utilisation du français dans l’entreprise.

Image Vos droits et obligations
Droits et obligations

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Date de la dernière mise à jour : 2017-01-19

Portail du Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec Grand dictionnaire terminologique Banque de dépannage linguistique Produits informatiques en français TOPOS Les liens utiles Lexiques et vocabulaires Recherche dans le site Comité de francisation en bref Francisation par secteurs Indicateurs de la situation linguistique Consultations terminolinguistiques tarifées Archives des chroniques Le site de la Francofête Consommateurs Travailleurs Entreprises Administration publique Ordres professionnels Technologies de l'information Plaintes