Site de l'Office québécois de la langue française
Barre de navigation
Image Les indispensables
Les indispensables
Le français, notre affaire à tous

Programmes
de subvention

Les programmes de subvention sont en cours de révision.

Image Les actualités
Chroniques estivales

Chroniques estivales

Canicule

Tout le monde à l'eau

Noms de lieux


Monument en face du siège du Comité international olympique à Lausanne
© Wikipédia, l’encyclopédie libre

JO

Du 5 au 21 août, la fête olympique se tiendra à Rio de Janeiro, au Brésil. Que signifie le nom Rio de Janeiro? Pourquoi l’a-t-on attribué? Combien de villes ont accueilli les Jeux olympiques d’été? Sont-elles rappelées dans la toponymie du Québec? Des athlètes québécois ayant participé aux Jeux olympiques d’été sont-ils commémorés dans des noms de lieux? Quel est le premier Québécois à avoir remporté une médaille d’or? Pour tout savoir, lisez la chronique sur le site de la Commission de toponymie.

Vitrine des bons coups 2016

Mérite du français au travail et dans le commerce
Organisation internationale

M. Yvan Gélinas (1er à partir de la gauche), directeur des Services linguistiques chez Allstate du Canada et membre du jury, accompagné des représentants de l’organisation lauréate, Les systèmes Cisco Canada.

Les systèmes Cisco Canada, pour la mise en œuvre d’un plan en vue d’assurer la pérennité de la francisation

C’est avec l’appui et la collaboration d’une soixantaine de groupes multidisciplinaires que l’équipe responsable de la francisation de Systèmes Cisco Canada a permis à la langue française de trouver sa place dans l’entreprise à l’échelle mondiale. 

Spécialisée dans l’offre de produits de télécommunication, l’entreprise a son siège social à San Jose, en Californie. Elle compte 71 000 employés, dont seulement 135 travaillent au Québec. Fidèle à son plan visant la pérennité de la francisation, elle a rédigé un guide qui décrit les rôles des responsables de la généralisation de l'utilisation du français. Elle a aussi adopté une politique relative à la gouvernance et à la pérennité ainsi que des directives et des politiques linguistiques. De plus, en collaboration avec ses différentes unités commerciales, toutes situées à l’extérieur du pays, elle a produit un document qui explique comment se conformer au processus de francisation en matière d’ingénierie et de vente de produits.

Le plan de Systèmes Cisco Canada, d’une ampleur considérable, permet à ses employés, à ses partenaires et à ses clients du Québec de travailler et de communiquer en français!

Lauréats et finalistes

Communiqué

La Charte au quotidien

L’administration publique est-elle tenue d’utiliser exclusivement le français dans l’affichage?

Oui. Par ailleurs, un certain nombre d’exceptions sont prévues soit par la loi elle-même, soit par règlement du gouvernement. Ainsi, la loi précise que si la santé ou la sécurité publique l’exigent, l’Administration peut utiliser une autre langue dans l’affichage, en plus du français, pourvu que celui-ci y figure de façon au moins équivalente.

Quant au Règlement sur l’affichage de l’Administration, il permet l’affichage dans une autre langue avec nette prédominance du français dans deux cas, soit celui des avertissements destinés aux automobilistes qui arrivent au Québec, jusqu’à une distance de 15 km du point d’entrée (par exemple : détecteurs de radar interdits, radar detectors prohibited), et celui des messages publicitaires d’organismes à vocation commerciale, comme la SAQ ou Loto-Québec. Ce même règlement autorise enfin le bilinguisme dans les messages affichés sur les sites touristiques, dans les musées et expositions, etc., pourvu que le français y figure de façon au moins équivalente.

Dans le cas des organismes « reconnus », la loi prévoit qu’ils ont le droit d’utiliser la langue du groupe linguistique majoritaire, en plus du français, à condition que le français soit prédominant. Cette forme de bilinguisme s’applique aussi à l’affichage des noms de rues dans les municipalités et arrondissements reconnus, pourvu que le nom officialisé par la Commission de toponymie et publié à la Gazette officielle du Québec soit respecté dans son intégralité.

Enfin, il convient de noter que les cégeps et les universités, y compris l’Université du Québec, ne font pas partie de l’Administration. Leur affichage destiné au public est donc visé par l’article 58 de la Charte, inclusion faite des exceptions qui pourraient s’appliquer (activités culturelles ou éducatives).

Charte de la langue française, art. 22 et 24
Règlement sur l’affichage de l’Administration

Image Vos droits et obligations
Droits et obligations

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Date de la dernière mise à jour : 2016-07-20

Portail du Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec Grand dictionnaire terminologique Banque de dépannage linguistique Produits informatiques en français TOPOS Les liens utiles Lexiques et vocabulaires Recherche dans le site Comité de francisation en bref Francisation par secteurs Indicateurs de la situation linguistique Consultations terminolinguistiques tarifées Archives des chroniques Le site de la Francofête Consommateurs Travailleurs Entreprises Administration publique Ordres professionnels Technologies de l'information Plaintes