Site de l'Office québécois de la langue française

Barre de navigation Accueil Plan du site Courrier Coordonnées English section Site officiel du Gouvernement du Québec

 Publications et services linguistiques
 Bibliothèque virtuelle
 Technologies de l'information
 Testez vos connaissances
 Jeux linguistiques
 Données sociolinguistiques
 Liens utiles

Page du GDT et de la BDL

Recherche dans le site
Comme une lettre à la poste
Imprimer

 Accueil | Technologies de l'information

 

Vous êtes-vous déjà préoccupé de lire l’adresse qui mentionne votre nom sur l’enveloppe? Avez-vous remarqué que, le plus souvent, vous vous faites appeler, par exemple, COTE alors que vous êtes un CÔTÉ et que vous habitez à l’adresse RR 2 PDF 6 IM 2? Serait-ce une lointaine galaxie?

La Société canadienne des postes (SCP) a pour mission de s’assurer de la bonne transmission des colis et des lettres qui nous sont adressés. Selon elle, « pour les usagers du service postal, la normalisation des adresses se traduit par un meilleur service et par des coûts moins élevés ». Les usagers ayant un gros volume d’envois postaux peuvent bénéficier d’un tarif avantageux si les adresses sont exactes et correctement écrites. Pour ce faire, la SCP a conçu le Guide canadien d’adressage(paru en 1999) qui « indique la façon la plus efficace de présenter les adresses du point de vue technologique ».

C’est de là qu’un mode de présentation de l'adresse auparavant qualifié d'optimal (forme abrégée et codée) a été largement utilisé. C'est le seul qui est mis en évidence dans le Guide. On y apprend qu’il ne faut pas utiliser de signes de ponctuation sauf dans le cas de noms propres. Ainsi, pour l’abréviation de boulevard qui devrait être boul., on suggère BOUL sans  le point. Et cela s’applique à bien d’autres génériques de voies de communication. De même, les points cardinaux Nord, Sud, Est, Ouest sont abrégés par N, S, E et O. Cela entre en flagrante contradiction avec l’usage du français.

L’Office de la langue française, ayant pris connaissance de cette pratique, a fait des démarches auprès de la SCP depuis 1993. Cette collaboration a permis de faire reconnaître les règles d’écriture d’une adresse conforme aux règles de la langue française. La forme d’adresse auparavant qualifiée de courante est, depuis, également proposée aux usagers. Ainsi, dans cette forme, l’adresse :

 mode optimal RR2 PDF
IM2

devrait s’écrire :

mode courant

Route rurale 2, poste de facteurs 6
Itinéraire motorisé 2

Une note, très discrète, a été alors insérée dans le Guide :

« Le Guide satisfait aux exigences des langues française et anglaise, car on y accepte l’utilisation d’accents, de majuscules et de minuscules, ainsi que l’écriture en toutes lettres des éléments de l’adresse et les signes de ponctuation. »

Disons-le clairement et sans ambages, cette note ne suffit pas à changer des croyances et des habitudes qui sont bien ancrées dans les entreprises. De plus, la SCP n’encourage que la forme abrégée et codée dans ses différents documents (et dans son site Web) destinés aux entreprises et au monde de l’éducation. À l'école, nos enfants apprennent donc à formuler une adresse postale sans accents ni signes de ponctuation, grâce au matériel fourni par la SCP. Comment voulez-vous que le courant passe?

D’autres discussions sont en cours entre l’Office et la SCP. Le gouvernement du Québec s'est donné comme politique de s’adresser aux citoyens dans un français de qualité. Le Secrétariat du Conseil du trésor (SCT) a un projet de normalisation des adresses qui est fort prometteur, mais qui est encore sur la planche à dessin. La CSST (Commission de la santé et de la sécurité du travail) et le Directeur général des élections du Québec ont conçu des applications qui facilitent grandement l’adressage postal dans la forme la plus conforme aux règles d'écriture du français. N’oublions pas non plus l’existence des outils Francis élaborés à la Direction générale de l’informatique (SCT) au gouvernement du Québec. Ces outils proposent des fonctions de soutien dans le traitement de chaînes de caractères, soit la conversion de minuscules en majuscules, de majuscules en minuscules, la comparaison, le repérage, la fusion des listes ainsi que le tri, conformément à la norme canadienne de classement Z243.4.1-1992. D’autres fonctions permettent de franciser intégralement (accents, tréma, cédille) des données nominatives.

Du côté du secteur privé, nous avons le plaisir d’annoncer la disponibilité de l’application Corad, qui permet de valider et de corriger des adresses quelle que soit leur forme. Son concepteur, Informatique Rive-Sud inc., nous indique que la version 2.0 est à même d’obtenir un taux de correction certifié de 99,96 %. Ce logiciel est accrédité par le Programme d’évaluation et de reconnaissance de logiciel (P.E.R.L.) de la SCP.

 Voici un exemple de correction :

AVANT

APRÈS

Le Banc d’évaluation technolinguistique (Bétel) de l’Office a soumis cette application aux critères définis dans sa Grille d’évaluation technolinguistique. Elle a reçu le sceau « Informatique tout en français – Sélection de l’Office de la langue française ». 

Les solutions sont là, les outils sont disponibles. Il est parfaitement possible de respecter les règles de la langue française tout en bénéficiant des services et des meilleurs tarifs de la SCP. 

Sources : Azim Mandjee et François Rondeau
8 mars 2001

 Accueil | Technologies de l'information | Haut de page

Imprimer

Portail du Gouvernement du Québec